*** ماستر اللغات و المعلوميات و الترجمة *** بني ملال ***

created by: Ouardi Hicham
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
      مرحبا بكم في منتدى ماستر اللغات و المعلوميات و الترجمة لطلبة كلية الاداب و العلوم الانسانية  --  بني ملال
 Admin ** nawal ** newstyle1236 ** jama_rachid ** manal berhil ** imane ** yassamine fertahi ** bassim ** crazygirl ** Transmaniac ** amina saibari ** FTOUH MOSTAFA ** Rachid El-Housseini     ** Hicham Chano ** NAHAL**Fat Fati**ilyes2006 *** نرحب بالاعضاء
 ***newstyle *** imane *** Ftouh Mostafa *** Amina Saibari***  الأعضاء الأكثر نشاطا

Partagez | 
 

 « Traducteurs et écrivains : vers une redéfinition de la traduction littéraire » Judith Woodsworth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
newstyle1236



Messages : 12
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: « Traducteurs et écrivains : vers une redéfinition de la traduction littéraire » Judith Woodsworth   Sam 27 Fév - 16:00

1. Introduction
Dans cet essai, je me propose d'étudier les différentes façons
d'aborder la traduction littéraire — de la décrire, l'expliquer, l'analyser.
J'examinerai trois types de discours sur la traduction: (1) les réflexions
des traducteurs eux-mêmes; (2) les théories linguistiques de la traduction;
(3) les récentes théories littéraires de la traduction. On verra
qu'aucune des trois approches ne tient compte du sujet traduisant et
de ses rapports avec l'auteur de l'original. Le but de la présente étude
sera de combler cette lacune et de tenter de redéfinir la traduction
littéraire à partir de cette nouvelle perspective.
2. Les réflexions traditionnelles sur la traduction littéraire
2.\ La traduction telle que la conçoivent les traducteurs eux-mêmes
Les traducteurs littéraires ont toujours réfléchi sur l'art de traduire.
Pour la plupart, ils l'ont fait après coup, de façon empirique,
anecdotique et normative. On pourrait citer des exemples multiples,
Cicéron et Pound en passant par Dryden ou Gide. Pour la plupart,
ce sont des écrivains eux-mêmes, créateurs d'une oeuvre littéraire
importante.
Dans les discussions traditionnelles sur la traduction, que Nida
appelle les «théories philologiques»1, l'accent est surtout mis sur la
manière de traduire. La question centrale est la suivante: faut-il traduire
littéralement ou librement? Les réponses à cette question varient d'une
époque à l'autre — selon les goûts, les valeurs esthétiques et morales
de chaque culture.
1. Eugene Nida, «A Framework for the Analysis and Evaluation of Theories of
Translation», Translation, éd. Richard W. Brislin (New York, Gardner Press, 1976).
115
Judith Woodsworth
Certains des traducteurs y ont réfléchi de façon systématique et
ont élaboré des traités ou énoncé des principes, des lois ou des règles.
C'est ce que Mounin appelle — en les condamnant — des «recettes»,
des «préceptes archi-connus d'un savoir-faire millénaire»2.
Une autre question souvent abordée dans ce type de discours est
celle des qualités nécessaires pour devenir bon traducteur. Généralement,
on répète les mêmes idées évidentes: pour bien traduire, il faut
maîtriser sa propre langue, connaître la langue de départ ainsi que
l'autre culture.
Face au travail accompli, les traducteurs, ainsi que les critiques,
se sont traditionnellement interrogés sur la qualité de la traduction et
ont procédé à une évaluation du texte d'arrivée par rapport au texte
de départ. Pour certains types de textes — par exemple bibliques ou
poétiques —, le problème qui se pose le plus souvent est celui de la
traduisibilité: quelques-uns soutiennent que l'on ne peut pas ou ne doit
pas traduire le genre d'ouvrages où la forme et le fond sont indissociables.
La tradition «philologique» a survécu. On voit de nombreux
textes au Canada où les traducteurs continuent à parler de leur travail
de manière empirique et normative. Philip Stratford, par exemple,
dans son article «Translation as Creation», énumère les qualités d'un
bon traducteur et aborde la vieille question de la littéralité3. Stratford
ainsi que d'autres traducteurs connus comme Ray Ellenwood et Larry
Shouldice parlent souvent de leurs expériences pratiques et concrètes,
exposant de façon anecdotique (plutôt que théorique) les différents
problèmes qu'ils rencontrent ainsi que les solutions qu'ils préconisent.
2.2 Les définitions métaphoriques de la traduction
Les écrivains présentent volontiers dans leurs textes diverses
réflexions imagées sur la traduction littéraire, qui sont des «définitions
métaphoriques» de la traduction. L'expression est d'Antoine Berman,
qui en cite quelques-unes dans les Tours de Babel, en soulignant la
«parenté qui lie ce 'transfert' qu'est la métaphore à ce 'transfert' qu'est
la traduction».4
Parmi les métaphores citées par Berman se trouve le célèbre
mot des Lettres persanes de Montesquieu:
2. Georges Mounin, Linguistique et traduction (Bruxelles, Dessart et Mardaga, 1976),
pp. 78-79.
3. Philip Stratford, «Translation as Creation», Figures in a Ground, éd. Bessai &
Jackal (Saskatoon, Western Producer Prairie Books, 1978).
4. Antoine Berman, les Tours de Babel (Mauvezin, Trans-Europ-Repress, 1985), pp.
60-61.
116
Traducteurs et écrivains...
Les traductions sont comme ces monnaies de cuivre qui
ont bien la même valeur qu'une pièce d'or, et même sont
d'un plus grand usage pour le peuple; mais elles sont
toujours plus faibles, de mauvais aloi.5
Berman cite Madame de Staël également:
Une musique composée pour un instrument n'est point
exécutée avec succès sur un instrument d'un autre genre.
Et André Gide:
Je le compare à l'écuyer qui prétend faire exécuter à son
cheval des mouvements qui ne sont pas naturels à celui-ci.7
Selon Berman, toutes ces métaphores dénotent le «caractère antinaturel
de la traduction»; ce sont toutes en effet des images négatives.
Berman conclut qu'il «nous manque un florilège de la traduction» qui
«nous en apprendrait plus sur l'acte de traduire que bien des traités
spécialisés»8.
Sans prétendre présenter un «florilège», je voudrais toutefois
proposer quelques exemples — négatifs aussi bien que positifs —
recueillis dans divers textes sur la traduction littéraire.
Certes, il y a bien des images négatives qui reflètent la vieille
hantise de la trahison:
1 — Le titre même d'un livre de Burton Raffel, traducteur de Beowulf
et de poésie indonésienne: «The Forked Tongue»9.
2 — La remarque de Nabokov à propos du traducteur qui est aussi
écrivain:
[...] the main drawback, however, in his case is the fact
that the greater his individual talent, the more apt he will
be to drown the foreign masterpiece under the sparkling
ripples of his own style. Instead of dressing up like the
real author, he dresses up the author as himself.,0
3 — Un autre titre, celui d'un article de Gregory Rabassa, traducteur
de Garcia Marquez: «The Silk Purse Business», qui tire son
origine du proverbe: «You cannot make a silk purse out of a
5. Ibid., p. 61.
6. Ibid., p. 62.
7. Ibid., p. 62.
8. Ibid., p. 63.
9. Burton Raffel, The Forked Tongue (The Hague, Mouton, 1971).
10. Vladimir Nabokov, «The Art of Translation», New Republic, vol. 105 (1941).
117
Judith Woodsworth
sow's ear». Dans cet article, la traduction est conçue comme une
imitation de l'original, inévitablement inférieure à celui-ci, comme
le démontre la citation suivante:
The translator as writer, then, is the prisoner of great
limitations. In many ways he can be compared to the poets
of the neo-classical period. [...] A closer analogy might
be one between translation and those numbered canvases
we have now, where the painter follows instructions as to
which color goes where, with the result a reproduction of
some existing painting.11
4 — Le célèbre commentaire de Shelley sur les difficultés de la
traduction:
It were as wise to cast a violet into a crucible that you
might discover the formal principle of its color and odor,
as to seek to transfuse from one language into another the
creations of a poet. The plant must spring again from its
seed, or it will bear no flower — and this is the burthen
of the curse of Babel.12
Outre ces métaphores qui évoquent le vieil adage Traduttore,
traditore, il existe néanmoins de nombreuses métaphores ou images
qui sont plus positives.
1 — Philip Stratford ajoute une dimension positive au mythe du
traducteur vu comme traître et revalorise ainsi le rôle du traducteur:
As literary contrabandier the translator [...] is by necessity
a man of divided allegiances, neither flesh nor fowl, a
lonely, shadowy character, mistrusted by everyone. And
probably envied a little in a covert way, too, for, more
positively, he stands for freedom, risk, excitement and
adventure. [...] The chief difference between the translator
and the common smuggler is that the former is not only
an expert in transporting goods across a frontier, not only
a jobber, but also a connoisseur of his product.13
11. Gregory Rabassa, «The Silk Purse Business», Translation, éd. William Frawley
(Newark, Univ. of Delaware Press, 1984), pp. 35-36. L'image du traducteur en
tant que peintre est un lieu commun des écrits anglais sur la traduction au XVIIIe
siècle: VoirT.R. Steiner, English Translation Theory 1650-1800 (Assen/Amsterdam,
Van Gorcum, 1975).
12. Percy Bysshe Shelley, The Defence of Poesy, cité dans Susan Bassnett-McGuire,
Translation Studies (London, Methuen, 1980), p. 67.
13. Stratford, p. 10.
118
Traducteurs et écrivains...
2 — Jackson Mathews, traducteur de Paul Valéry, conçoit le traducteur
comme un amant:
Being faithful without seeming to be — that is one of the
«secrets», one of the special joys of this labor. A translator
should make a good lover.14
3 — Souvent, dans la tradition de Walter Benjamin, on compare Ie
traducteur au missionnaire qui accomplit une tâche sacrée:
The devoted translator of poetry [...] is possessed by the
necessity of making a translation — in the older religious
sense of a conveyance or assumption, as of Enoch or Elijah
— of the vision of reality he received from a poem, and
of communicating his experience to those of another
tongue.15
2.3 «Terminologie» de la traduction littéraire
Ces métaphores sont assez souvent liées à l'usage fréquent de
termes composés du préfixe «trans» pour désigner la traduction.
(1) transfert: terme très souvent employé pour désigner la communication
du sens, du message, etc.
(2) transporter: terme dont le sens est relié au latin translatio, qui
est à l'origine de translation.16
(3) transmission: utilisé comme «transfert»17.
(4) transposer: employé au sens musical:
As in the case of every interpretive artist, the chief task
of the translator seems to be the transposing of an alien
aesthetic personality into the key of his own.18
One cannot translate poems, only transpose them, which
is always awkward. Even in mere prose the best translation
will relate to the original at the most as a transposition of
a certain musical piece into another key.19
14. Jackson Mathews, «Third Thoughts on Translating Poetry», On Translation, éd.
Reuben A. Brower (New York, Oxford University Press, 1966), p. 67.
15. John Glassco, The Poetry of French Canada in Translation, cité par Kathy Mezei,
«The Scales of Translation: The English-Canadian Poet as Literal Translator»,
University of Ottawa Quarterly, 54, n° 2, 68.
16. Jacques Derrida, l'Écriture et la différence (Paris, Seuil, 1967), p. 312.
17. Voir Berman, p. 63.
18. Renato Poggiolo, «The Added Artificer», On Translation, p. 139.
19. Arthur Schopenhauer, Parerga und Paralipomena, cité par André Lefevere, Translating
Literature: The German Tradition (Assen/Amsterdam, Van Gorcum, 1977), p.
98.
119
Judith Woodsworth
(5) transformation: terme utilisé pour désigner la traduction adaptatrice
des «Belles infidèles», par exemple.20
(6) transmuter: terme qui évoque les difficultés de la traduction
poétique:
Anyone who is at all experienced in the task of translation
from poetry will realize at once that [...] subjective considerations
cannot be avoided; a translator can merely transmute
into the forms of his own vision.21
(7) transmigration: «Translating is more like wrenching a soul from
its body and luring into a different one»22. Selon Susan Bassnett-
McGuire, c'est la doctrine platonicienne de l'inspiration divine de
la poésie qui permet au traducteur de transférer l'«esprit» d'un
texte donné à un autre contexte culturel.23
(Cool translucide: T.S. Eliot qualifia les adaptations de poésies chinoises,
faites par Ezra Pound, de «translucencies»24. Benjamin se sert de
la même image:
A real translation is transparent; it does not cover the
original, does not block its light, but allows the pure
language, as though reinforced by its own medium, to shine
upon the original all the more ftilly.25
(9) transplanter: toujours chez Benjamin, qui se sert de plusieurs
autres images végétales dans son texte sur la tâche du traducteur.26
(10) transfuser: utilisé par Shelley dans le passage sur la traduction
de la poésie cité plus haut.
Cette ébauche d'inventaire des différentes façons d'évoquer la
traduction littéraire, plutôt que de Y expliquer, nous renseigne moins
sur cette forme de traduction que sur notre façon de la connaître. Les
divers procédés stylistiques et la multiplicité de termes employés démontrent
non seulement la complexité et la richesse de cette activité,
20. Voir Berman, p. 57.
21. Theodore H. Gaster, Festivals of the Jewish Year, cité par Raffel, op. cit., p. 7.
22. Rosmarie Waldrop, «The Joys of the Demiurge», Translation, éd. William Frawley,
pp. 42-43.
23. Bassnett-McGuire, p. 55.
24. Cité par Michael Reck, Ezra Pound: A close-up (New York, McGraw-Hill, 1967),
p. 166.
25. Walter Benjamin, «The Task of the Translator», Illuminations, éd. Hannah Arendt
(New York, Schoken Books, 1969), p. 79.
26. Ibid., p. 75.
120
Traducteurs et écrivains...
mais combien il est difficile d'expliquer, de définir la traduction
littéraire comme phénomène distinct et spécifique.
3. L'apport de la traductologie
La théorie de la traduction est née aux alentours de 1950 d'une
conjonction entre linguistique et traduction. Cette nouvelle «science»
de la traduction, baptisée parfois «traductologie», a essayé de résoudre
certains problèmes qui se posent depuis longtemps dans les discussions
sur la traduction.
À la vieille question «Faut-il traduire d'une façon littérale ou
libre?», Vinay et Darbelnet répondent qu'il s'agit de traduire «exactement
». On parvient à une traduction dite «exacte» au moyen de
«procédés soigneusement mis au point [...] par une comparaison méthodique
des ressources des deux langues»27.
À l'autre question «La traduction est-elle possible?», certains
théoriciens comme Georges Mounin répondent qu'elle est toujours
possible jusqu'à un certain point et, à la lumière des recherches
linguistiques récentes, ils tentent d'analyser les différents obstacles à
la traduction.
Les théoriciens de tendance sociolinguistique (ou encore «sociosémiotique
») mettent l'accent sur le contexte culturel et étudient l'acte
de traduire comme un acte de communication.
Quel est l'apport de la traductologie à l'étude de la traduction
littéraire en particulier?
Les théoriciens de cette catégorie ont tendance à définir la
traduction littéraire par opposition à d'autres formes de traduction —
à la traduction scientifique et technique, en particulier. L'une des
oppositions se fonde sur la notion de «fonctions». C'est ainsi que la
traduction littéraire est définie comme la traduction de textes dont la
fonction est expressive, tandis qu'en traduction scientifique et technique
on travaille sur des textes qui ont une fonction utilitaire ou informative.
Une autre forme de distinction souvent proposée tient à la nature
du langage. Chaque texte que l'on aborde en traduction technique se
caractérise par un langage spécifique à un domaine donné. Les textes
littéraires, par contre, sont soi-disant «généraux». Sur le plan pratique,
par conséquent, on peut tirer la conclusion que la traduction scientifique
et technique pose au traducteur des problèmes d'ordre terminologique,
tandis que la traduction littéraire tend un certain nombre de pièges
d'ordre stylistique. Il existe des contre-exemples, bien entendu, comme
le roman canadien Menaud Maître-draveur, où le traducteur se heurte
à toute la terminologie très spécialisée de la drave.
27. Jean-Paul Vinay et Jean Darbelnet, Stylistique comparée du français et de Vanglais
(Montréal, Beauchemin, 1977), pp. 267-269.
121
Judith Woodsworth
Bien que certains théoriciens considèrent les distinctions de ce
genre comme «fausses» (c'est le cas de Peter Newmark notamment28),
cette perspective possède encore de nombreux défenseurs dans les
milieux professionnels, dans les congrès ou colloques où la théorie est
mise au service de la pratique. C'était le thème de l'un des ateliers
du congrès mondial de la Fédération Internationale des Traducteurs,
tenu à Vienne en 198429.
4. Les théories littéraires
Depuis une dizaine d'années, on assiste à l'élaboration d'une
nouvelle «théorie littéraire» appliquée à l'étude de la traduction, et
dont les principaux représentants sont les théoriciens israéliens Itamar
Even-Zohar et Gideon Toury, et ceux de l'«école» de Louvain-
Amsterdam: James Holmes, José Lambert, André Lefevere. Ce sont
des «théoriciens littéraires» plutôt que linguistiques, qui ont su aborder
de façon systématique et véritablement théorique le phénomène de la
traduction littéraire.
Cette approche consiste à examiner la traduction littéraire du
point du vue du texte d'arrivée (Target Text) et à étudier la traduction
non pas comme processus, mais comme produit, ou comme résultat.
Les traductions littéraires sont à la fois des textes linguistiques et des
textes littéraires, s'insérant dans le «polysystème» de la culture traduisante.
Ces théoriciens remettent en question les méthodes basées sur
la linguistique contrastive ou la stylistique comparée, ainsi que la
théorie sociolinguistique de Nida, par exemple, parce que ces théories
sont axées sur la source — le texte, la culture de départ. Ce qu'ils
proposent à la place, c'est une théorie descriptive et historique, qui
étudie les traductions en rapport avec les normes littéraires du système
qui les assimile.
5. Problématique
Comme le dit Gideon Toury, il faut pouvoir décrire, expliquer,
rendre compte de tous les phénomènes dans le domaine de la traduction.
30 Or, aucun des trois types de discours sur la traduction — ni
les propos empiriques et normatifs des traducteurs eux-mêmes, ni les
analyses linguistiques ou sociolinguistiques des théoriciens de la traduc-
28. Peter Newmark, Approaches to Translation (Oxford, Pergamon Press, 1981), pp.
5ff.
29. Voir Hildegund Bàhler, éd., le Traducteur et sa place dans la société. Actes du
Xe Congrès mondial de la Fédération Internationale des Traducteurs (Vienne,
Wilhelm Braumàller, 1985).
30. Gideon Toury, In Search of a Theory of Translation (Tel Aviv, Porter Institute,
1980), p. 62.
122
Traducteurs et écrivains...
tion, ni les travaux descriptifs des théoriciens littéraires du dernier
groupe — ne réussit à expliquer la totalité des phénomènes. Dans le
premier type de discours, il manque une vue d'ensemble, une perspective
théorique. En outre, chez les théoriciens, les linguistes aussi bien
que les littéraires, les études, bien que scientifiques, sont axées uniquement
sur le texte.
Je propose donc d'examiner la traduction littéraire sous un autre
angle: celui du sujet traduisant — le traducteur étudié de façon
systématique et descriptive à la lumière des différentes théories de la
traduction existantes.
6. Le sujet traduisant
6.1 Les traducteurs d'Edgar Poe
Afin d'illustrer ce qu'il y a de particulier chez le traducteur
littéraire, je prends comme point de départ le cas célèbre des traducteurs
français d'Edgar Poe, Baudelaire en particulier. Baudelaire a traduit
Poe — il a même consacré plus de temps à la traduction de Poe qu'à
ses propres oeuvres — parce qu'il a reconnu en lui un «frère spirituel».
Baudelaire l'a répété, il a traduit Poe parce que celui-ci lui ressemblait:
Savez-vous pourquoi j'ai si patiemment traduit Poe? Parce
qu'il me ressemblait. La première fois que j'ai ouvert un
livre de lui, j'ai vu avec épouvante et ravissement, non
seulement des sujets rêvés par moi mais des phrases pensées
par moi, et écrites par lui vingt ans auparavant.31
Edgar Poe devient une obsession chez Baudelaire. Celui-ci prétend
même faire ses prières, tous les jours, à Dieu et à Edgar Poe.32
D'autre part, Baudelaire considère son travail de traduction comme
une mission, qu'il accomplit avec un zèle religieux. Il écrit à Sainte-
Beuve: «Il faut, c'est-à-dire que je désire qu'Edgar Poe qui n'est pas
grand'chose en Amérique, devienne un grand homme pour la France»33.
Baudelaire y est parvenu, en effet. Au moyen de ses traductions,
accompagnées de textes biographiques et critiques où il fait l'éloge de
l'homme ainsi que de son oeuvre, Baudelaire répand dans le public
français un certain mythe de Poe. Aussi la réputation dont Poe jouit
en France n'est-elle pas la même que dans les pays d'expression
anglaise. C'est ainsi que Mallarmé et Valéry, à leur tour, traduisent
Poe: ils le font parce qu'ils croient au mythe; ils traduisent, pour leur
part, pour rendre hommage au poète américain.
31. Charles Baudelaire, Correspondance Générale, éd. Jacques Crépet (Paris, Conard,
1948), IV, p. 277.
32. Charles Baudelaire, «Mon coeur mis à nu» in «Histoire des Histoires extraordinaires»,
Histoires extraordinaires (Paris, Conard, 1932), pp. 352-353.
33. «Histoire des Histoires extraordinaires», p. 378.
123
Judith Woodsworth
6.2 Caractéristiques du traducteur littéraire
La traduction de l'oeuvre de Poe est pour nous exemplaire. Elle
nous renseigne sur la nature de la traduction littéraire: on constate
qu'en traduction littéraire les liens entre le traducteur et l'auteur de
l'original sont particulièrement étroits. Il y a toujours affinité, amour,
respect. On traduit avec la passion, avec l'enthousiasme et le dévouement
d'un missionnaire. Cette affinité n'est pas sans dangers. Le
passage métaphorique qui suit évoque l'un de ces dangers:
[...] like the original poet, the translator is a Narcissus
who in this case chooses to contemplate his own likeness
not in the spring of nature but in the pool of art.34
Ainsi le traducteur est vu comme Narcisse, engagé dans un
processus où l'amour est lié à la destruction et à la mort, car, dans
certains cas, un trop grand respect de l'original entraîne une littéralité
contraignante ou déformante.
Philip Stratford a esquissé, sous forme allégorique, le rapport
idéal qui devrait exister entre le traducteur et l'écrivain:
The best analogy I can find to describe this odd relationship
between the translator and the writer is a homely one based
on the difficulty one usually experiences walking with
another person. I mean really walking together, not just
side by side, but stride matching stride. [...] The task of
the translator is to learn to adjust his gait, le rythme de
sa démarche, to match perfectly the gait of the other
writer.35
Stratford soulève ici le problème de la créativité du traducteur.
Pour que la traduction soit non seulement un texte «linguistique», mais
un texte «littéraire» valable, selon la définition que donne Toury de la
traduction littéraire36, il faut que le traducteur soit créateur, et non pas
simplement un savant bilingue. Il faut donc qu'il reste fidèle à l'auteur
qu'il admire, tout en restant fidèle à sa propre créativité.
Cette double obligation est la source de frustrations chez les
traducteurs. D'où les multiples témoignages comportant des métaphores
troublantes, négatives. L'effort pour réconcilier ces deux tendances
s'accompagne nécessairement d'une angoisse aussi aiguë que la joie
qui en résulte.
Dans les milieux professionnels, où les traducteurs sont appelés
à traduire des textes pragmatiques, souvent anonymes, mal rédigés, il
34. Poggiolo, p. 139.
35. Stratford, p. 16.
36. Toury, pp. 36-37.
124
Traducteurs et écrivains,..
y a aussi frustration de la part du traducteur, frustration qui tient aux
difficultés linguistiques ou encore à la nature ingrate du travail. Dans
bien des cas, en outre, le traducteur éprouve une certaine satisfaction.
Par contre, il n'y a pas, ou presque pas, de rapports avec l'auteur du
texte original; c'est une opération qui ne s'accompagne pas de la
même passion, de la même angoisse que chez les traducteurs littéraires.
7. Conclusion
Une étude axée sur le sujet traduisant permettrait de redéfinir
la traduction littéraire. Provisoirement, on pourrait la définir ainsi:
traduire un texte littéraire, c'est créer dans une autre langue un autre
texte parallèle à l'original, avec lequel le traducteur se reconnaît des
affinités particulières et qu'il se donne pour mission de transmettre et
de faire reconnaître dans sa propre culture.
Ce genre de définition permettrait, d'une part, de décrire la
spécificité de la traduction littéraire par rapport à d'autres types de
traduction et, d'autre part, d'analyser le phénomène de la traduction
littéraire par rapport aux autres formes de création littéraire.
La problématique que je viens d'énoncer fera l'objet d'une étude
plus approfondie, qui consistera à interroger un certain nombre de
traducteurs canadiens. Les différentes attitudes et préoccupations des
traducteurs et, en particulier, les rapports entre traducteurs et écrivains
seront décrits et examinés à la lumière de notions théoriques récentes.
C'est ainsi que certaines hypothèses formulées dans le présent essai
seront vérifiées et que la pratique viendra éclairer la théorie, qui à son
tour permettra de mieux comprendre la pratique.
Revenir en haut Aller en bas
 
« Traducteurs et écrivains : vers une redéfinition de la traduction littéraire » Judith Woodsworth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [résolu] comment importer un itinéraire GOOGLE maps dans Garmin camper 660 lmtd
» [résolu] Lien dans image survolée vers page html
» lien vers page php
» [Résolu] Favoris de Mozilla vers IE
» [Résolu] de IE6 vers IE8

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** ماستر اللغات و المعلوميات و الترجمة *** بني ملال *** :: Traduction :: Traduction littéraire-
Sauter vers: