*** ماستر اللغات و المعلوميات و الترجمة *** بني ملال ***

created by: Ouardi Hicham
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
      مرحبا بكم في منتدى ماستر اللغات و المعلوميات و الترجمة لطلبة كلية الاداب و العلوم الانسانية  --  بني ملال
 Admin ** nawal ** newstyle1236 ** jama_rachid ** manal berhil ** imane ** yassamine fertahi ** bassim ** crazygirl ** Transmaniac ** amina saibari ** FTOUH MOSTAFA ** Rachid El-Housseini     ** Hicham Chano ** NAHAL**Fat Fati**ilyes2006 *** نرحب بالاعضاء
 ***newstyle *** imane *** Ftouh Mostafa *** Amina Saibari***  الأعضاء الأكثر نشاطا

Partagez | 
 

 ORESTE / ÉLECTRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
imane



Messages : 6
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 28

MessageSujet: ORESTE / ÉLECTRE   Jeu 3 Déc - 15:51

1
ORESTE / ÉLECTRE
©️ Dictionnaire de la mythologie, Michel Grant et John Hazel, Dictionnaire Marabout, Saint-Amand, juin
1996. Tous droits réservés.
ORESTE. Fils d’Agamemnon et de Clytemnestre ; roi de Mycènes, Argos et Sparte.
Oreste était encore enfant quand son père fut assassiné par sa mère et Égisthe. Pour
le soustraire au péril, sa soeur Électre ou sa nourrice l’emmena en Phocide où le roi
Strophios, vieil ami et beau-frère, d’Agamemnon, l’éleva en même temps que son
propre fils Pylade. Les deux garçons devinrent des amis inséparables et restèrent liés
durant les terribles événements qui devaient survenir. Selon la Clytemnestre de
l’Agamemnon d’Eschyle, Strophios aurait pris Oreste à sa charge bien avant
l’assassinat d’Agamemnon, par crainte d’une révolte populaire. Neuf ans plus tard,
Oreste, maintenant adulte, demanda à l’oracle de Delphes ce qu’il devait faire pour
venger l’assassinat de son père. L’oracle lui ordonna de tuer et sa mère et son amant.
Se rendant en secret à Mycènes avec Pylade, il se fit connaître d’Électre (selon
Euripide, cette dernière aurait été mariée par Égisthe à un paysan). Électre prit le
parti de son frère et l’aida même à tuer ses parents. C’est là le sujet des trois
différentes tragédies attiques : Les Choéphores d’Eschyle, l’Électre de Sophocle et
l’Électre d’Euripide.
Les événements ultérieurs diffèrent selon les versions. Homère, qui connaissait les
circonstances rapportées ci-dessus, fait l’éloge de la conduite d’Oreste, tout comme
Sophocle par la suite; mais il ne fait allusion à aucune conséquence funeste. Or les
Érinyes (ou Furies) faisaient partie de la tradition grecque ; elles représentaient des
esprits terrestres qui avaient pour fonction de punir les grands criminels, et tout
particulièrement les parricides. Le poète lyrique Stésichore, qui situe son Orestie à
Sparte, affirmait qu’Apollon avait donné un arc à Oreste pour chasser les Érinyes.
Dans les versions que nous présentent Eschyle et Euripide, Oreste est frappé de folie
par les Érinyes juste après la mort de sa mère ; elles le poursuivent à travers toute la
Grèce. Mais tout d’abord, selon certains, il fut traduit devant le tribunal de Mycènes
par Tyndare, le père de Clytemnestre. OEax, qui haïssait Agamemnon pour avoir
laissé lapider son frère Palamède, insista pour qu’Oreste fût banni. Selon Euripide,
Oreste et Électre furent condamnés à mort, mais Ménélas qui, au départ, avait refusé
de les aider, reçut un ordre d’Apollon ; il devait dire aux Mycéniens de se contenter
de les exiler pour un an. Peut-être aussi Oreste fit-il pression sur Ménélas en
enlevant Hélène et leur fille Hermione (à qui il était fiancé). Hélène fut sauvée par
Zeus qui l’emmena au ciel, mais Hermione fut détenue quelque temps en otage.
Chez Eschyle, Oreste se rendit à Delphes pour obtenir l’aide d’Apollon, comme le
dieu avait été l’instigateur du meurtre de sa mère. L’oracle l’envoya à Athènes sous
la protection d’Hermès pour être jugé par l’Aréopage, tribunal d’anciens établi par
les dieux lorsque Ares avait tué Halirrhotios.
2
Athéna et Apollon, ainsi que les Érinyes, assistèrent au procès. Apollon fut l’avocat
d’Oreste, les Érinyes représentèrent l’accusation. Les votes se trouvèrent équilibrés ;
Athéna, qui présidait le jury, se prononça en faveur d’Oreste, avançant comme
argument la préséance du père sur la mère.
Les Érinyes n’abandonnèrent pas Oreste tout de suite. Apollon apprit à Oreste qu’il
devait, pour s’en débarrasser, voyager jusqu’en Tauride et ramener de la
Chersonnèse Taurique (Crimée) la statue d’Artémis. Cet épisode fait l’objet de la
pièce d’Euripide, Iphigénie en Tauride. Quand Oreste et Pylade parvinrent dans cette
région, on se saisit d’eux pour les sacrifier à Artémis ; c’était le sort réservé aux
étrangers. Au dernier moment cependant, ils reconnurent dans la prêtresse
d’Artémis la soeur depuis longtemps perdue d’Oreste, Iphigénie – elle avait promis
d’épargner l’un d’eux sachant qu’ils venaient d’Argos, s’il promettait de porter une
lettre à Oreste. Iphigénie prétendit alors devoir laver les victimes dans la mer pour
les purifier du matricide, puis, ordonnant à tous de détourner les yeux des rites de
purification elle s’embarqua avec la statue sacrée sur le bateau d’Oreste. Sur le
chemin du retour, Oreste et Iphigénie auraient découvert un autre membre de la
famille sur l’île de Sminthée, car Chryséis avait donné un fils à Agamemnon,
Chrysès. Thoas, roi de Tauride, pourchassa Oreste jusque-là, mais il fut repoussé et
peut-être tué par Oreste et le jeune Chrysès.
À leur retour en Grèce, Pylade épousa Électre, et Iphigénie redevint prêtresse
d’Artémis. Oreste monta sur le trône de Mycènes et d’Argos ; selon certains, tuant
un usurpateur mycénien, son demi-frère Alétès, fils d’Égisthe et de Clytemnestre –
puis, quand Tyndare mourut, il devint aussi roi de Sparte. Il agrandit encore le
royaume en conquérant une portion importante de l’Arcadie. Il fit d’Hermione sa
femme : elle avait été sa fiancée durant la guerre de Troie, mais Néoptolème, dans sa
folie, la lui avait ravie, et Ménélas à son retour de Troie les avait unis. L’on fait
parfois d’Oreste le meurtrier de Néoptolème, dans sa tentative pour reprendre sa
femme : il l’aurait tué lui-même devant l’autel d’Apollon à Delphes ou aurait poussé
les habitants de Delphes à le tuer, soutenant que Néoptolème avait l’intention de
piller le temple. Hermione, quant à elle, aurait préféré Oreste, et lui donna un fils,
Tisaménos, qui devint son héritier.
En plusieurs endroits, des sanctuaires commémorent la guérison d’Oreste. Le plus
important se trouve à Mégalopolis : c’est là, dit-on, qu’Oreste, attaqué par les
Érinyes, se trancha un doigt. Les Érinyes s’éloignèrent alors, et Oreste retrouva la
raison.
Il mourut d’une morsure de serpent et fut enterré à Tégée, en Arcadie. Des siècles
plus tard, un Spartiate guidé par un oracle retrouva la sépulture sous la forge d’un
forgeron à Tégée. Les Spartiates ramenèrent les ossements dans leur cité et par la
suite, furent toujours victorieux dans leurs guerres contre Tégée.
3
ÉLECTRE (« ambre », et peut-être à l’origine « feu », « étincelle »).
Fille d’Océan et de Téthys ; elle épousa le Titan Thaumas et donna naissance à la
déesse Isis et aux Harpyes.
Fille d’Atlas et de Pléioné ; voir PLEIADES.
Fille d’Agamemnon et de Clytemnestre.
Elle n’est pas connue d’Homère, mais dans la tragédie classique, elle représente un
personnage très important et donne son nom à deux tragédies parvenues jusqu’à
nous, l’une de Sophocle et l’autre d’Euripide. Elle joue un rôle important aussi dans
les Choéphores d’Eschyle et l’Oreste d’Euripide. Dans ces pièces, elle aide son frère
Oreste dans sa vengeance contre leur mère, Clytemnestre et son amant, Égisthe, qui
ont assassiné Agamemnon. Selon Sophocle, Électre sauva Oreste, encore jeune, des
meurtriers qui voulaient le tuer aussi. Elle l’envoya à la cour du roi Strophios, en
Phocide. Adulte, il revint avec son cousin Pylade, le fils de Strophios, et rencontra
Électre, toujours hostile à Clytemnestre et Égisthe ; ayant reconnu son frère, Électre
les rejoignit, lui et Pylade, devant le tombeau d’Agamemnon où elle leur prodigua
conseils et encouragements. Selon Euripide, cependant, Électre était mariée à un
paysan pauvre mais honnête qui, plein de respect pour son sang royal et l’injustice
de la situation, respectait sa virginité. Au retour d’Oreste, elle le reconnut grâce à
certains signes et se joignit à lui pour tuer les meurtriers de leur père. Mais elle fut
alors envahie par le remords, alors qu’Oreste était tourmenté par les Érinyes, qui,
selon Euripide, n’étaient que les spectres de sa propre conscience hantée par la
culpabilité. Dans sa tragédie, Oreste, il fait débuter l’action plus tard en faisant
apparaître Ménélas juste au moment où le peuple de Mycènes va lapider Oreste et
Électre pour leur matricide. Cependant, Ménélas ne voulut point persuader le
peuple d’accepter Oreste pour roi ; aussi, Oreste et Électre s’emparèrent de sa femme
Hélène et voulurent la mettre à mort pour se venger de tout le mal qu’elle avait
causé à leur famille par son adultère avec Paris. Mais Hélène était fille de Zeus, donc
immortelle, et elle échappa à leur vengeance ; là-dessus, Oreste et Électre se saisirent
de sa fille, Hermione, et demandèrent pour elle une rançon, jusqu’à ce qu’Apollon,
qui avait à l’origine poussé Oreste à tuer Clytemnestre, acceptât de le délivrer de la
folie dont les Érinyes l’avaient frappé, à la condition qu’il délivrât Hermione.
Électre, sur l’ordre d’Apollon, épousa son cousin Pylade et lui donna deux fils,
Strophios et Médon.
Revenir en haut Aller en bas
 
ORESTE / ÉLECTRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** ماستر اللغات و المعلوميات و الترجمة *** بني ملال *** :: Littérature :: Littérature française-
Sauter vers: